LE SITE DE VOTRE SANTE SEXUELLE ET DE VOS DROITS SEXUELS

Nouvelle rubrique: Recherche: chercheurs cherchent participants

Points d'interrogation
Points d'interrogation
Couple endormi
Couple endormi
rubans roses
rubans roses
Images © DR
Images © DR
Campagne Love Life
Campagne Love Life
Smileys content pas content
Smileys content pas content
Ventre femme enceinte
Ventre femme enceinte

Sexologie et médecine sexuelle


Le travail du sexologue

20/03/2017 – Suite à la condamnation d'un sexologue français, ayant incité un couple de patients à des pratiques sexuelles dans son cabinet, et ayant participé de surcroît, voici un texte rappelant ce que devrait être le travail d'un sexologue et les divers professionnels formés en sexologie, pas tous médecins. Et également ce qu'un patient est en droit d'attendre d'un sexologue et ce qu'il doit refuser.

© DR - plaque sexologue
© DR - plaque sexologue

"Le sexologue*, qu’il soit médecin ou non, a pour objectif d’aider les personnes qui ont besoin de conseils et d’informations sur la sexualité, ainsi que celles qui rencontrent des troubles sexuels plus ou moins graves.

En pratique, n’importe qui peut se déclarer sexologue, car ce titre n’est pas encore complètement protégé. Il est donc essentiel de savoir à qui on va s’adresser (voir adresses utiles en annexe), et qu’il existe des médecins sexologues et d’autres professionnels formés en sexolo gie, mais sans être médecins.

- Les médecins sexologues sont titulaires d’un diplôme en médecine, avec une formation supplémentaire en sexologie/médecine sexuelle obtenue après des études supplémentaires spécifiques (l’appellation du diplôme et les modalités dépendent du pays dans lequel il est obtenu). Ils peuvent se qualifier de médecin sexologue. Certains ne pratiquent que la sexologie, d’autres l’exercent de pair avec une autre spécialité (médecine générale, urologie, psychiatrie, gynécologie, endocrinologie notamment).

Seuls les médecins sont autorisés à examiner les patients, à prescrire des examens complémentaires et des médicaments.

- Les sexologues psychologues ou psychothérapeutes, qui ont également une formation spécifique en sexolo- gie, se qualifient de «sexothérapeutes» ou de «sexologues cliniciens ». Ils sont orientés vers les problèmes d’ordre psychologique et relationnels.

N’étant pas médecins, ils n’ont pas le droit d’examiner le patient ou de lui prescrire des examens et des médicaments, mais disposent des connaissances nécessaires pour savoir quand il faut l’envoyer chez un médecin.

Pour s’assurer d’avoir à faire à un vrai spécialiste, il faut s’informer sur la formation du sexothérapeute et si elle a été prodiguée par un organisme sérieux et reconnu.

- Les autres professionnels formés en sexologie, travaillant dans des domaines spécifiques (par exemple en psychomotricité, en physiothérapie du plancher pelvien, en hypnose, etc.) et formés également en sexologie, qui peuvent intervenir par leur compétence et efficacité thérapeutiques dans certaines problématiques sexuelles, ainsi que toutes les personnes pouvant être confrontées aux troubles sexuels dans leur métier: sage-femme, infirmier, conseiller conjugal, travailleur social, etc.

- Les personnes non qualifiées, s’appelant sexologues sont hélas nombreuses, notamment sur Internet. De multiples sites proposent des consultations et méthodes de traitement des troubles sexuels plus ou moins dou teuses, sans bases scientifiques.

Profitant de l’absence ou de l’insuffisance de réglementation de la profession, ces gens non qualifiés donnent ainsi des consultations hors de tout contrôle officiel. Ils peuvent proposer des traitements farfelus, inefficaces, voire dangereux par simple appât du gain, ou, pire encore, pour en retirer des avantages sexuels !

Or, en aucun cas, une thérapie sexologique implique des rapports sexuels ou des contacts d’ordre sexuel avec le thérapeute ou une tierce personne autre que le partenaire du patient (et jamais dans le cabinet du thérapeute) !

Et dans tous les cas, le patient doit se sentir à l’aise avec les pratiques qu’on lui propose. A défaut, il faut les refuser."

L'histoire de la sexologie

Dans cet article le Prof Pasini, sexologue genevois de renom, retrace l'histoire de la sexologie moderne, en Europe, à Genève et dans le monde.

*Texte extrait des livres "Ma sexualité (femme) et (homme)"

Qu'est-ce que la sexologie et la médecine sexuelle?

Les notions de sexologie et de médecine sexuelle restent encore mal connues du grand public. En voici donc les définitions :

  • Sexologie: l’étude scientifique de la sexualité humaine. Ce vaste domaine comprend diverses spécialités: l’éducation sexuelle, l’ethnosexologie, la sociosexologie, la psychosexologie, les diverses formes de conseil et de thérapie sexuels, la médecine sexuelle ainsi que la recherche et la pratique sexologiques.
  • Médecine sexuelle: la branche de la médecine qui concerne la sexualité humaine et ses troubles. Son objectif est d’améliorer la santé sexuelle par la prévention (l’information et le conseil), le diagnostic, le traitement et la réhabilitation des conditions qui concernent:

- la fonction sexuelle ;
- l’expérience/le comportement sexuel ;
- les questions liées à l’identité sexuelle ;
- les traumatismes sexuels et leurs conséquences.
La médecine sexuelle joue aussi un rôle de prévention générale. Car une consultation chez le spécialiste est l’occasion de procéder à un bilan de santé complet.

(Texte extrait du livre "J'ai envie de comprendre... Ma sexualité (homme")


Nouveau site et brochure: "Santé Sexuelle : Histoires d'en parler"

14/02/2017 – Pour la St-Valentin, l'Unité de santé sexuelle et planning familial des HUG (Hôpitaux universitaires de Genève) a créé un site, et publié une brochure d'information

A travers de petites histoires, l’Unité de santé sexuelle et planning familial veut illustrer que "la santé sexuelle est vaste et multiple et nous concerne tous, quel que soit notre âge, que nous ayons une sexualité active ou non."

Education sexuelle, urgences, violences...

Extrait de la brochure

Des planches de BD montrent une dizaine de situations qui peuvent être dérangeantes, scènes montrant l'importance de l'éducation sexuelle, les cas d'urgence et des situations de violences sexuelles.

"Parfois, on reste avec un inconfort, sans penser que l’on pourrait en parler, que des solutions existent." Or, il existe de nombreux lieux à Genève où on peut demander conseil, poser des questions.

Afin de savoir à quelle porte frapper, la brochure toute neuve, sortie à l'occasion de la Saint-Valentin, recense les lieux et adresses des diverses institutions œuvrant dans le champ de la santé sexuelle à Genève. Utile!

Lire la brochure
Voir le site


Belgique: la profession de sexologue enfin protégée

24/01/2017 - Le Conseil supérieur de la santé (CSS) belge entend réglementer la profession de sexologue clinicien dans une loi stipulant notamment qu'il faut une formation universitaire multidisciplinaire, une supervision intense, et beaucoup de pratique pour pouvoir prétendre à ce titre, souvent utilisé par des charlatans.

« La pratique de la sexologie clinique est multiple et large. Afin que chaque personne se posant des questions au niveau de sa santé sexuelle puisse trouver une offre de soins de qualité, il est important que la fonction de praticien sexologue clinicien soit légalement encadrée. Une reconnaissance du sexologue clinicien comme professionnel de santé autonome est donc nécessaire », écrivent ainsi les experts dans un communiqué de presse publié ce lundi.

Madame Ruth a fait connaître la profession. Depuis, bien des charlatans se disent sexologue © DR
Madame Ruth a fait connaître la profession. Depuis, bien des charlatans se disent sexologue © DR

Comme le rapporte le quotidien belge Le Soir de ce jour l'objectif est "d’améliorer la santé sexuelle de toutes les personnes, malades ou en bonne santé, de couples, de familles."

Les exigences
Il est sûr que les exigences, publiées en décembre dernier, vont rapidement décourager les charlatans. Comme le stipule l'avis de la CSS:

"Pour atteindre le niveau de compétences requis pour exercer la sexologie clinique de manière autonome, le CSS recommande un parcours de formation en trois étapes :

  • une formation universitaire incluant un stage pratique (soit de type master, soit de type formation continue après un master dans une profession de soins de santé) ;
  • une période de pratique supervisée de 3 ans maximum au terme de laquelle le titre de sexologue clinicien pourrait être accordé ;
  • une formation continue incluant des formations et des intervisions, avec des accréditations accordées par période de 3 ans, pour pouvoir conserver le titre.la reconnaissance du praticien impliquera qu'il ait suivi une formation universitaire multidisciplinaire, incluant un stage pratique de cinq ans, puis une période de pratique supervisée de 3 ans maximum, au terme de laquelle le titre de sexologue clinicien est accordé.

Et pour conserver le titre, le sexologue devra suivre des formations et des intervisions avec des accréditations accordées par période de 3 ans.

Savoir à qui on s'adresse

A noter que la Belgique n'est pas le seul pays où ce titre n'est pas encore protégé. Rappelons à ce propos que:

"Le sexologue, qu’il soit médecin ou non, a pour objectif d’aider les personnes qui ont besoin de conseils et d’informations sur la sexualité, ainsi que celles qui rencontrent des troubles sexuels plus ou moins graves. En pratique, le titre de sexologue n’étant pas encore complètement protégé, il sera donc essentiel de savoir à qui on va s’adresser, et qu’il existe des médecins sexologues et d’autres professionnels formés en sexologie, qui sont tout aussi compétents sans être médecins." (Extrait du livre "Ma sexualité (femme)")

Sources: www.lesoir.be; l'avis de la CSS n° 9333, Sexologie clinique, décembre 2016


Hommage à Sophia Lessard

Sophia Lessard © capture DR
Sophia Lessard © capture DR

02/01/2017 – C’est une bien triste nouvelle que je dois partager aujourd’hui. Mon amie, la sexologue québécoise Sophia Lessard s’en est allée hier.

C’est un message et un hommage personnels, mais qui ont lieu d’être ici, notamment parce que sans cette femme extraordinaire, la page facebook et le site masexualite.ch n’auraient pas pris l’importance qu’ils ont aujourd’hui.

ACTU EXPRESS: La France manque de sexologues

11/04/2016 – A lire sur Top Santé: Beaucoup de patients, trop peu de médecins


Les jeunes femmes Britanniques, gênées de parler de sexualité, ne consultent pas assez

Les jeunes femmes britanniques craignent la visite chez le gynécologue © DR
Les jeunes femmes britanniques craignent la visite chez le gynécologue © DR

20/08/2015 – Presque la moitiè des femmes Britanniques âgées entre 18 à 24 ans évitent les consultations médicales par crainte d'un examen gynécologique (48%), ou d'avoir a parler de problèmes de santé sexuelle (44%), ou de ne savoir quels mots utiliser (26%) - et deux-tiers (66%) sont gênées d'utiliser les mots "vagin" ou encore "orgasme" face à leur gynécologue ou médecin traitant.

C'est le résultat d'une étude de l'association anglaise Ovarian Cancer Action auprès de 1000 femmes âgées de 18 ans et plus en Grande-Bretagne. Les jeunes femmes vont par ailleurs quatre fois moins consulter un médecin pour des problèmes de santé sexuelle que des femmes plus âgées.
Et plus de la moitié (57%) des interrogées préfère rechercher la cause de leurs symptômes et problèmes de santé sexuelle sur les moteurs de recherche internet, au lieu de consulter un professionnel de la santé pour les aider. 17% préfèrent se confier à leurs mères.
Seuls 17% des femmes du groupe plus jeune affirment quelles iraient d'emblée chercher une aide médicale si elles suspectaient un problème gynécologique ou de santé sexuelle, contre 68% des femmes du groupe plus âgé.
Une femme sur six seulement a indiqué avoir pris un rendez-vous médical pour ensuite l'annuler, car se sentant trop gênée à discuter de thèmes gynécologiques. Et une femme sur cinq parmi les interrogées a complètement ignoré un problème de santé sexuelle.

Google n'est pas docteur...
Comme l'indique une responsable de l'association, active dans la prévention et l'information sur le cancer des ovaires, googler un symptôme n'est pas un substitut à un examen médical approprié. Et des maladies, tel le cancer des ovaires, sont bien plus faciles à traiter si diagnostiquées précocement. C'est pourquoi il est extrêmement important que les femmes se sentent encouragées à parler de leur santé et se sentent à l'aise en consultant des professionnels de la santé. "Dire vagin ne tue pas, ne pas le dire pourrait le faire", note l'association britannique.
Sans vouloir peindre le diable sur la muraille, l'association indique ne pas vouloir effrayer les jeunes femmes - sachant que le cancer ovarien est relativement rare dans cette tranche d'âge - mais d'encourager les femmes de parler de leur santé gynécologique et de se sentir à l'aise lors de visites médicales, ainsi qu'une prise de conscience accrue des symptômes de cette maladie oncologique.
Source: communiqué Ovarian Cancer Action
© Ellen Weigand, masexualite.ch



www.masexualite.ch est aussi:

Comment choisir son sexologue

Il est essentiel de trouver le bon spécialiste pour permettre un diagnostic précis d'un trouble sexuel et y remédier de façon adéquate.
Lisez nos conseils pour choisir votre sexologue sur CareVox


AVERTISSEMENT

Les informations médicales figurant sur le site www.masexualite.ch ont pour objectif de soutenir et non à remplacer la relation entre un patient et son médecin.

image

A SOUTENIR

"She Decides" - Elle Décide, initiative internationale en faveur du droit à l'IVG
"She Decides" - Elle Décide, initiative internationale en faveur du droit à l'IVG

SITE A LA UNE

Sur le site de PROFA, Fondation reconnue d'utilité publique par l'Etat de Vaud, vous trouverez de nombreuses informations sur l'éducation sexuelle, les consultations de santé sexuelle - planning familial, en conseil en périnatalité, sur la consultation de couple et de sexologie ainsi que sur le centre LAVI.

Suivez-nous aussi sur:

Soutenez l'UNICEF
Soutenez l'UNICEF

Retrouver le plaisir après un accouchement

Découvrez nos 7 conseils pour retrouver le chemin du plaisir post-partum sur santé magazine.

Collaborons!

Des commentaires? Des questions? Des suggestions? Une envie de collaboration ou de devenir partenaire de ce site? Alors n'hésitez pas à nous .


LIVRES A DECOUVRIR

"Voyage En Zygotie. Histoires D’embryons", Dominique Laufer & Véronique Mauron

image

L'interview d'Ellen Weigand par Radio People

Les partenaires changent. Le safer sex reste

Nouvelle rubrique

Smileys content pas content
Smileys content pas content
image

Soutenir www.masexualite.ch

Vous souhaitez mettre une annonce ou sponsoriser notre site ou devenir partenaire de www.masexualite.ch? Alors pour de plus amples informations.

image
PUBLICITE

Pour les couples

image

Le duopack dédicacé – pour une vie intime épanouie

Paru fin 2013, toujours actuel
Paru fin 2013, toujours actuel
Ma sexualité (homme), le guide pratique
Ma sexualité (homme), le guide pratique
image
Soutenez la Ligue pulmonaire
Soutenez la Ligue pulmonaire
image

C'est quoi, une sexualité normale?

image

Notre site, en refonte

Le présent site a pris de l'ampleur, si bien qu'il a besoin d'une refonte complète, qui est en train d'être élaborée.

N'hésitez pas à nous faire part de vos remarques et souhaits, à

COPYRIGHT

Tous les textes du présent site sont soumis au droit d'auteur.