LE SITE DE VOTRE SANTE SEXUELLE ET DE VOS DROITS SEXUELS

Sexo-abécédaire: V comme... vulve

© Pixabay
© Pixabay

Vulve - Actualité

image

Recherche : non, la vulve « normale » n’existe pas !

08/07/2018 – C’est à l’Hôpital cantonal de Lucerne (CH) qu’a été menée la plus large étude de vulves du monde. Entre août 2015 et avril 2017, une équipe de cinq médecins a mesuré les détails de l’anatomie génitale de 657 femmes. Leurs résultats, démontrant ce dont on se doutait, viennent de paraître. En espérant que cela mettra un frein au marché de la chirurgie "esthétique" des vulves, avec des interventions fréquentes sur de très jeunes filles.

capture d'écran, extrait de: La revanche du clitoris, Ed. La Musardine (2016) Damien Mascret
capture d'écran, extrait de: La revanche du clitoris, Ed. La Musardine (2016) Damien Mascret

Les conclusions des chercheurs, publiées dans le journal Obstetrics & Gynaecology (1), sont sans appel: la vulve "normale" n'existe pas. L'étude menée sous la direction du Pr Andreas Günthert à l’Hôpital cantonal de Lucerne, en Suisse, incluant 657 femmes caucasiennes âgées de 15 à 84 ans, a démontré l'impossibilité de fixer une norme quelconque.

Sus au marché de la chirurgie intime

Face à l’engouement et à la croissance du nombre de labiaplasties, opérations «esthétiques » des lèvres intimes féminines (raccourcissements ou remodelages), les cinq chercheurs avaient pour objectif de vérifier s’il existait véritablement une forme et des mensurations normales, idéales de la vulve, et s'il était possible de fixer des standards indicatifs pour cette chirurgie.

Dès l’âge de 9 ans…

L’essor de ce type d'interventions est en effet inquiétant : entre 2015 et 2016, la Société internationale de chirurgie plastique esthétique a ainsi enregistré un bond de 45% !) des labiaplasties. Certaines interventions sont parfois nécessaires pour le confort quotidien des patients, notamment celles visant à la réduction des lèvres dont la taille peut induire des douleurs. Mais beaucoup trop de ces opérations sont pratiquées bien trop tôt, sachant que ce sont souvent de jeunes filles, se sentant anormales, laides, influencées par la représentation des vulves issue de l’industrie pornographique et des réseaux sociaux, qui souhaitent de telles interventions.

Dans une émission de la chaîne de télévision britannique BBC, la gynécologue Naomi Crouch, membre de la Société britannique de gynécologie pédiatrique et adolescente, et s’occupant d’adolescentes, rapportait qu’en 2015-16, l’agence de Santé publique britannique (National Health Service ) avait enregistré plus de 200 jeunes filles de moins de 18 ans ayant eu une labiaplastie, et que plus de 150 d’entre elles avaient même moins de 15 ans ! Elle a même rencontré des fillettes de 9 ans réclamant une telle intervention, disant haïr leur vulve ! Or, selon la santé publique anglaise, de telles interventions ne devraient pas être faites avant l’âge de 18 ans.

Ignorance sur l’anatomie féminine

Parallèlement, les chercheurs suisses voulaient rendre attentifs et informer les femmes, et les hommes, sur le fait que la vulve – la partie génitale externe – n’est pas identique avec le vagin. Un grand nombre de personnes l’ignorent encore, confondant les deux.

Longueurs et largeurs fort variables

Les résultats détaillés de l’étude démontrent ce que les chercheurs supposaient: les dimensions de la vulve sont d’une variabilité extrême. La longueur des lèvres externes (ou grosses lèvres) variait ainsi entre 1,2 et 18 centimètres. Les lèvres internes (ou petites lèvres) des participantes mesuraient, elles, entre 0,076 et 7,62 centimètres.

L’influence du poids et de l’âge

Il a été constaté également que plus grand était l’indice de masse corporelle (IMC) des participantes, plus volumineuses étaient leurs grandes et petites lèvres. Les chercheurs suisses ont noté également que les dimensions variaient avec l’âge: les petites lèvres ont ainsi tendance à se réduire, de même que la taille du clitoris et la distance qui le sépare de l’orifice urinaire.

Ce qui a été mesuré

Les mesures standardisées ont porté sur la longueur et largeur du gland du clitoris, la distance entre la base du gland et l’orifice urinaire (urètre), la longueur de l’orifice du vagin, la longueur du périnée, la longueur des grandes lèvres, la longueur et la largeur des petites lèvres.

Les résultats de cette étude confirment, en les élargissant, les grandes variations observées en 2005 par quatre gynécologues britanniques de l’University College Hospital de Londres sur un groupe de 50 femmes non ménopausées, note le Pr Günthert, interviewé par la Luzerner Zeitung.

Femmes caucasiennes exclusivement

L’étude a prioritairement porté sur des femmes suisses, de type caucasien, car, comme l’explique le Pr Günthert, des études moins importantes menées en Grande-Bretagne et en Turquie ont donné des résultats très différents. «Au niveau mondial, les différences des vulves devraient être plus grandes encore que celles démontrées par notre étude", conclut le chercheur.
--------------------------------------------------------------------
Quelques graphiques de l'étude, consultables en ligne :

--------------------------------------------------------------
PROJET D'INFORMATION ET DE PREVENTION
Face à la tendance accrue, notamment chez les adolescentes, de vouloir recourir à la chirurgie intime, est né en Grande-Bretagne ], destiné à informer sur les pour et les contre de telles interventions, notamment à l'aide d'une vidéo, relatant l'histoire de trois femmes différentes qui y ont eu recours.

Un film primé notamment comme meilleur film d'animation Scinema, au Festival des films de science (Festival of Science Film), en Australie en juillet 2012.

Une autre vidéo donne parole à des médecins et psychologues au sujet de ces pratiques. Seul B-mol, les films ne sont encore qu'en anglais.
---------------------------------------------------------------

© Ellen Weigand, www.masexualite.ch

A lire aussi: "V comme Vulve", dans notre Sexo-abécédaire

Sources: Obstetrics & Gynaecology (25.06.18); Luzerner Zeitung (5.07.18), BBC (3.07.18), Le Figaro Santé (4.07.18)

(1) Measurements of a “normal vulva” in women aged 15‐84: A cross‐sectional prospective single centre study, Anne Kreklau, Inês Vaz, Florian Oehme, Fabienne Strub, Ruth Brechbühl, Corina Christmann, Andreas Günthert, Obstetrics & Gynaecology, 25.6.2018, Ddoi: 10.1111/1471‐0528.15387

Vous avez une information méritant de figurer sur cette page? N'hésitez pas à nous en faire part. Merci!

Des ouvrages d'actualité pour toutes et tous

Couverture "Ma sexualité (femme)
Couverture "Ma sexualité (femme)

Commandez votre exemplaire dédicacé

Couverture "Ma sexualité (homme)
Couverture "Ma sexualité (homme)

Commandez votre exemplaire dédicacé

image

LES JEUDIS SEXO D'ELLEN

Et si vous preniez soin de votre santé sexuelle également?!

Venez participer ou organisez l'une de nos conférences - discussion.

Nous venons donner nos conférences-discussion près de chez vous.

Nous allons réorganiser des soirées conférence-débat, les Jeudis Sexo d'Ellen, en Suisse romande en 2018.
Inscrivez-vous à notre newsletter pour savoir quand cela se passera dans votre région.


Soutenez www.masexualite.ch

Depuis sa création en 2013, notre site est alimenté à titre bénévole. Afin de pouvoir poursuivre notre travail de suivi de l'actualité et d'information, nous avons besoin de votre soutien.

Vous pouvez nous l'offrir en publiant une annonce, ou en sponsorisant ou en devenant partenaire ou chroniqueur de www.masexualite.ch.

Intéressé à soutenir l'actualité sérieuse en matière de santé et droits sexuels?
Alors pour de plus amples informations.

image
logo santé magazine - capture
logo santé magazine - capture

Rupture amoureuse : pourquoi il faut éviter le "ghosting"

26/11/2017 – Toujours d'actualité, cet article sur le ghosting paru sur Santé Magazine. Vous y trouverez de nombreux autres articles sérieux sur la sexualité et la vie intime des couples, notamment sous la plume de Daisy Le Corre, qui interviewe régulièrement www.masexualite.ch en tant que "sexperts". (Lire la suite)


11/06/2018 - Un autre article toujours d'actualité, écrit par Daisy Le Corre pour santé magazine qui a interviewé www.masexualite.ch.

image

AVERTISSEMENT

Les informations médicales figurant sur le site www.masexualite.ch ont pour objectif de soutenir et non pas de remplacer la relation entre un patient et son médecin.

Soutenez l'UNICEF
Soutenez l'UNICEF
image

Regarder du porno peut (aussi) donner la migraine

Quand voir du porno donne mal à la tête © capture Réalités biomédicales
Quand voir du porno donne mal à la tête © capture Réalités biomédicales

23/11/2017 - N'avoir de migraines qu'au moment de ressentir de l'excitation sexuelle déclenchée par le visionnement de films porno, cela peut arriver.
Lire la suite

image
image

Retrouver le plaisir après l'accouchement

capture d'écran, santé magazine
capture d'écran, santé magazine

26/11/2017 – Toujours d'actualité, ces conseils pour retrouver le chemin du plaisir post-partum, parus sur Santé Magazine, dont voici un extrait. Vous y trouverez de nombreux autres articles sérieux sur la sexualité et la vie intime des couples, notamment sous la plume de Daisy Le Corre, qui nous interviewe régulièrement en tant que "sexperts".

(Lire la suite)


Suivez-nous aussi sur:

L'interview d'Ellen Weigand par Radio People

Collaborons!

Des commentaires? Des questions? Des suggestions? Une envie de collaboration ou de devenir partenaire de ce site? Alors n'hésitez pas à nous .

image
Soutenez la Ligue pulmonaire
Soutenez la Ligue pulmonaire

Notre site, en refonte

Le présent site a pris de l'ampleur, si bien qu'il a besoin d'une refonte complète, qui est en train d'être élaborée.

N'hésitez pas à nous faire part de vos remarques et souhaits, à

COPYRIGHT

Tous les textes du présent site sont soumis au droit d'auteur.