LE SITE DE VOTRE SANTE SEXUELLE ET DE VOS DROITS SEXUELS

Sexo-abécédaire: V comme... vulve

L'ignorance peut être une cause de troubles sexuels masculins ou féminins
L'ignorance peut être une cause de troubles sexuels masculins ou féminins

Le Sexo-abécédaire T - V

image

Comme tous les articles et textes de ce site, le contenu de cette rubrique est protégé par le droit d'auteur et ne peut être reproduit sans l'autorisation expresse de l'auteure (demande par écrit à ).
© Ellen Weigand, www.masexualité.ch - 2017


image

... comme vulve

© Pixabay
© Pixabay

Les conclusions des chercheurs, publiées dans le journal Obstetrics & Gynaecology (1), sont sans appel: la vulve "normale" n'existe pas. L'étude menée sous la direction du Pr Andreas Günthert à l’Hôpital cantonal de Lucerne, en Suisse, incluant 657 femmes caucasiennes âgées de 15 à 84 ans, a démontré l'impossibilité de fixer une norme quelconque.
Lire la suite

ACTUALITES

Recherche : non, la vulve « normale » n’existe pas !

08/07/2018 – C’est à l’Hôpital cantonal de Lucerne (CH) qu’a été menée la plus large étude de vulves du monde. Entre août 2015 et avril 2017, une équipe de cinq médecins a mesuré les détails de l’anatomie génitale de 657 femmes. Leurs résultats, démontrant ce dont on se doutait, viennent de paraître. En espérant que cela mettra un frein au marché de la chirurgie "esthétique" des vulves, avec des interventions fréquentes sur de très jeunes filles. Lire

capture d'écran, extrait de: La revanche du clitoris, Ed. La Musardine (2016) Damien Mascret
capture d'écran, extrait de: La revanche du clitoris, Ed. La Musardine (2016) Damien Mascret

Le maquillage pour vulves, ou comment on continue à soumettre la femme!

31/07/2017 – Tabou pendant longtemps, voilà que la vulve fait l'objet de toutes les convoitises... commerciales! S'il vous plaît Mesdames, de tous âges, ne cédez pas à ce si triste, ridicule marketing qui n'a rien à faire avec la sensualité, la tendresse, l'érotisme.

Car il s'agit en réalité d'une volonté de soumission insupportable et inacceptable! Lire

aufeminin.com dénonce le maquillage vaginal © capture d'écran aufeminin.
aufeminin.com dénonce le maquillage vaginal © capture d'écran aufeminin.

ETHYMOLOGIE

Cachez cette vulve...

Le mot «vulve», du latin médiéval "volva" ou "vulva", "utérus, parties génitales femelles", au sens littéral "enveloppe" pour couvrir, envelopper, probablement du latin "volvere" (tourner, retourner, tordre, rouler) est peu utilisé dans le langage courant.

Comme s'il s'agissait d'un mot obscène, tabou. Qui se reflète d'ailleurs dans ses origines, dont cet autre terme latin, "pudendum femininum" qui désigne les organes génitaux femelles externes, "pudendum" signifiant "les parties honteuses" en latin, ou "ce que la décence interdit de montrer".

Énormément de cultures ont ainsi décrit la vulve comme quelque chose de honteux, à cacher. A l'exception de la culture hindoue, qui a utilisé le terme sanskrit de "Yoni" qui comprend de nombreuses significations dont "la fontaine de vie, l'origine, le temple sacré", etc.

Et c'est ainsi que, de nos jours encore, il est tabou de montrer et représenter les organes génitaux féminins extérieurs. N'avez-vous jamais vu une statue de femme nue avec ses poils pubiens, son clitoris et autres lèvres sans qu'elle ne soit qualifiée d'obscène, ou du moins comme provocation?

Argot et vulgarités au lieu du nom scientifique

Alors qu'on appelle un chat un chat, et un pénis un pénis, on préfère ainsi souvent utiliser des mots plus "simples", bien qu'à connotation sexuelle, voire à la consonance vulgaire tels "chatte" ou "foufoune", pour n'en citer que deux, parmi les innombrables termes d'argot existants, au lieu du mot scientifique de vulve qui désigne les organes génitaux externes du corps féminin.

Pourtant, vulve, c'est un mot à la consonance toute en rondeur et douceur, à l'instar des formes du sexe féminin.


ANATOMIE

Schéma par @ http://www.biologieenflash.net
Schéma par @ http://www.biologieenflash.net

La vulve est constituée:

  • des lèvres externes, qui vont, de haut en bas, de la commissure antérieure à la commissure postérieure;
  • des lèvres internes qui se terminent sur leur fourchette (en bas);
  • du clitoris avec son capuchon;
  • de l'orifice de l’urètre (le méat urinaire);
  • de l'orifice d'entrée du vagin.

La zone pileuse au-dessus de la vulve s'appelle le mont de Vénus, qu'on appelle aussi par simplification le pubis, qui désigne la pièce osseuse composée de deux os qui constituent la partie antérieure et inférieure de l'os iliaque, du bassin.

En dessous de la vulve se trouvent le périnée, puis l'anus. Certains incluent le périnée dans la description de la vulve.

Les vulves sont de diverses couleurs et formes, les organes génitaux de chaque femme étant uniques, tout comme leurs mains, leurs pieds ou leur visage.

Des petites lèvres aux lèvres internes...

Alors que dans le langage courant on parle de «grandes lèvres» (labia majora en latin, litt. les «lèvres principales») et de "petites lèvres", l'appellation, plus récente et plus juste est celle de "lèvres externes" et "internes". Cela, sachant qu'un certain nombre de femmes ont de "petites lèvres" plus grandes que les lèvres principales, dès lors dénommées «grandes» à tort.

C'est aussi cette dénomination qui contribue au "complexe" d'un certain de nombre de femmes au sujet de leur anatomie intime, dont les lèvres internes sont justement plus grandes que les externes.

Par ignorance, elles se sentent "anormales", voire difformes et donc repoussantes pour leur partenaire, ce que certains médecins peu scrupuleux exploitent, d'où une tendance croissante au recours à la chirurgie esthétique intime (lire ci-dessous).

Testez-vos connaissances sur la vulve

Sur ce site français, vous pouvez tester vos connaissances anatomiques de la vulve en direct: www.biologieenflash.net/

QUAND LA SOCIETE "SCULPTE" LA VULVE

La labioplastie ou nymphoplastie – nouvelle forme de "mutilation génitale"

Alors que pendant de longues périodes de notre histoire, et aujourd'hui encore, on a dicté aux femmes ce qu'elles devaient cacher de leur anatomie, aujourd'hui on leur explique à quoi cette dernière devrait ressembler...

La chirurgie des "petites" lèvres soi-disant "trop" grandes – mais qu'est-ce que la "normalité"?" – est ainsi devenue un marché lucratif pour un certain nombre de médecins. Qui proposent aussi des chirurgies du pubis, des grandes lèvres, voire du périnée et même du clitoris (!).

Des interventions à but purement esthétique, sauf dans de rares cas où elles ont une indication médicale (inconfort physique ou sexuel, conséquence de certaines maladies et malformations – spina bifida, etc.).

On ignore dans quelle mesure les femmes qui en bénéficient ont vraiment une meilleure image d'elles-mêmes après, comme le promettent certains chirurgiens sur leurs sites.

Course à la perfection

Comme l'écrit la blogueuse et sexothérapeute française Alexia Bacouël sur Le Plus du Nouvel Obs:

"L’engouement pour la chirurgie intime est grandissant. On compte trois types d’interventions visant à embellir les parties génitales. Il y a la nymphoplastie qui consiste à réduire les petites lèvres, la vaginoplastie qui consiste à renforcer les muscles du périnée afin de diminuer le diamètre de l’orifice vaginal et la "monsplastie" qui consiste à rectifier le pubis.

(...) Le sexe glabre, parfaitement dessiné, est une image provenant de la pornographie, et je crois aussi que l’idéalisation de certaines stars telle que Beyonce et autres, réussit à influencer l’imaginaire du corps parfait. Mais les magazines féminins et leurs diktats de "beauté à tout prix" ont aussi leur part de responsabilité dans cette course à la perfection."

A noter que certains proposent encore une autre intervention, la réduction du capuchon clitoridien (la peau recouvrant le clitoris).


"LA CHAIR INTERDITE"

Et pour terminer, voilà ce qu'en dit Diane Ducrey, dans son livre "La chair interdite", qui retrace l'histoire du sexe féminin et la façon dont il a été considéré et traité au cours des millénaires: sâle, impudique, brimé, méprisé et toujours contrôlé et surveillé:

"Les femmes «ordinaires» n’ont jamais vu nulle part représenter «honnêtement» cette partie émergée des nymphes. Pas plus quelles n’ont vu celles de leurs copines. Il y a celles qui s’en accommodent. D’autres s’inquiètent de ces «peaux qui dépassent», se sentent atteintes de malformation et s’en trouvent désemparées.

Le nombre de ces phobiques s’est considérablement accru, par l’arrivée des raseuses intégrales. Un médecin honnête est là pour rassurer celles qui l’interrogent sur cette saillie incongrue. Il y en a d’autres, que je n’hésite pas à traiter de félons, traîtres à ma belle profession, qui vont leur proposer leurs services. Labioplastie, s’appelle désormais la mutilation de cette partie des petites lèvres qui sort des grandes.

Une exaction sans motif honorable, mais rentable. Les «conformateurs» se présentent comme des bienfaiteurs de femmes en détresse. L’un d’entre eux n’a pas hésité à mettre en ligne une amputation de petites lèvres, pour se faire de la réclame." Extrait du livre "La chair interdite" de Diane Ducrey, Ed. Albin Michel

CentreFold Project - l'information au public

Face à la tendance accrue, notamment chez les adolescentes, de vouloir recourir à la chirurgie intime, est né en Grande-Bretagne le The CentreFoldProject, destiné à informer sur les pour et les contre de telles interventions, notamment à l'aide d'une vidéo, relatant l'histoire de trois femmes différentes qui y ont eu recours.

Un film primé notamment comme meilleur film d'animation Scinema, au Festival des films de science (Festival of Science Film), en Australie en juillet 2012.

Une autre vidéo donne parole à des médecins et psychologues au sujet de ces pratiques. Seul B-mol, les films ne sont encore qu'en anglais.

ART

"Le Grand Mur des Vagins" – parce que chaque vulve est unique

Le grand mur des vulves exposé © Jamie McCartney
Le grand mur des vulves exposé © Jamie McCartney

Les vulves sont de couleurs et formes multiples. Chacune est unique, comme un visage, mais beaucoup de femmes l'ignorent.

Pour en rendre compte, et enlever les complexes que nourrissent un certain nombre de femmes quant à l'aspect de leur vulve, l'artiste britannique Jamie McCartney a créé une œuvre unique:

"The great wall of vaginas", constitué des moulages de 400 vulves de femmes entre 18 et 76 ans, incluant des mères et des filles, des jumelles, des hommes et femmes transgenres, des femmes avant et après accouchement ou encore avant et après une labioplastie (ou labiaplastie = chirurgie des grandes ou petites lèvres) ou nymphoplastie.

Extrait de l'œuvre "The great wall of vaginas" © Jamie McCartney
Extrait de l'œuvre "The great wall of vaginas" © Jamie McCartney

Contre la chirurgie esthétique intime à tout va

"Pour beaucoup de femmes, leur apparence génitale est une source d'anxiété et j'étais dans la position unique de pouvoir faire quelque chose à ce sujet", explique l'artiste, un homme contrairement à ce que son prénom pourrait laisser croire.

Jamie McCartney, qui a su mettre les femmes en confiance, espère ainsi aider à combattre la tendance croissante de ces dernières années des interventions de chirurgie esthétiques génitales, les nymphoplasties notamment, par lesquelles les chirurgiens promettent de créer des vulves "parfaites". Des interventions inutiles qui risquent de devenir un standard pour les générations futures de femmes.

Puisse son vœu être entendu!

Plus d'infos sur: www.greatwallofvagina.co.uk


L'Origine du monde de Courbet - aimé et décrié

Un mot encore de la vulve dans l'art.

L'œuvre certes la plus connue est L'Origine du Monde, le tableau grandeur nature de Gustave Courbet, peint par l'artiste en 1866, et qu'on peut admirer, et sans cache aujourd'hui, comme ce fut le cas ailleurs, dans une salle qui lui est réservée au Musée d'Orsay, depuis 1995.

Pas du porno au musée...

"Courbet n'a cessé de revisiter le nu féminin, parfois dans une veine franchement libertine.

L'Origine du Monde, huile sur toile par Gustave Courbet© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay)
L'Origine du Monde, huile sur toile par Gustave Courbet© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay)

L'Origine du Monde, huile sur toile; H. 46 ; L. 55 cm; par Gustave Courbet © RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski

Mais avec L'Origine du monde, il s'autorise une audace et une franchise qui donnent au tableau son pouvoir de fascination. La description quasi anatomique d'un sexe féminin n'est atténuée par aucun artifice historique ou littéraire. Grâce à la grande virtuosité de Courbet, au raffinement d'une gamme colorée ambrée, L'Origine du monde échappe cependant au statut d'image pornographique." (citation du Musée d'Orsay)

...mais censuré sur les réseaux sociaux

Mais ce qui passe pour une œuvre d'art exceptionnelle au musée, n'a pas sa place sur les réseaux sociaux. Ainsi, ce tableau d'une beauté et d'un réalisme fascinants, et qui ne laissent aucun visiteur du musée d'Orsay indifférent, est systématiquement censuré lorsqu'il apparaît sur les réseaux sociaux(!). Allez donc comprendre...


SUR LE MEME SUJET

"La vulve, cette mal-aimée…" par Charlotte Tourmente

15/04/2017 - "Trois femmes ont accepté de participer à un projet atypique : un photographe a immortalisé leur vulve, une zone du corps encore taboue et souvent mal-aimée. La photo a ensuite été montrée aux femmes ; leurs réactions émouvantes témoignent de leur méconnaissance de cette partie du corps et de leurs difficultés à l'accepter telle qu'elle est. L'hommage très touchant de leurs partenaires les aidera sans nul doute à le faire. La vidéo, en anglais, peut inciter les femmes à changer leur vision de la partie externe du sexe féminin. Elle est composée des nymphes (les petites et grandes lèvres), du clitoris et de l'entrée du vagin..."

C'est le début de l'excellent article du Dr Charlotte Tourmente sur le tabou qui entoure encore et toujours la vulve, menant de nombreuses femmes à se soumettre à des interventions chirurgicales pour faire "sculpter" leur vulve à l'image de ce que montre le porno...

© capture écran allo docteur.fr
© capture écran allo docteur.fr

Et voici la vidéo dont elle parle, en anglais, mais parlante aussi ne serait-ce que par les images.


Une vulve "parfaite" ou comment la tyrannie du porno complexe les femmes

18/12/2015 - A force de voir des sexes féminins glabres, aux formes parfaites, avec petites et grandes lèvres "esthétiques" (mais de quelle perfection et esthétique parle-t-on...?), de nombreuses femmes font des complexes sur leur vulve, ne correspondant pas aux "standards" dictés par les films pornographiques.
Lisez l'excellente enquête de Muriel Risse sur www.femina.ch

© capture écran femina.ch
© capture écran femina.ch


AVERTISSEMENT

Les informations médicales figurant sur le site www.masexualite.ch ont pour objectif d'informer, justement, et non pas de remplacer la relation entre un patient et son médecin.

Notre site, en refonte

Le présent site a pris une ampleur non prévue, si bien qu'il a besoin d'une refonte complète, qui est en train d'être élaborée.

N'hésitez pas à nous faire part de vos remarques et souhaits, à

Vous avez une information méritant de figurer sur cette page? N'hésitez pas à nous en faire part. Merci!

Des ouvrages d'actualité pour toutes et tous

Couverture "Ma sexualité (femme)
Couverture "Ma sexualité (femme)

Commandez votre exemplaire dédicacé

Couverture "Ma sexualité (homme)
Couverture "Ma sexualité (homme)

Commandez votre exemplaire dédicacé

image

LES JEUDIS SEXO D'ELLEN

Et si vous preniez soin de votre santé sexuelle également?!

Venez participer ou organisez l'une de nos conférences - discussion.

Nous venons donner nos conférences-discussion près de chez vous.

Soutenez www.masexualite.ch

Depuis sa création en 2013, notre site est alimenté à titre bénévole. Afin de pouvoir poursuivre notre travail de suivi de l'actualité et d'information, nous avons besoin de votre soutien.

Vous pouvez nous l'offrir en publiant une annonce, ou en sponsorisant ou en devenant partenaire ou chroniqueur de www.masexualite.ch.

Intéressé à soutenir l'actualité sérieuse en matière de santé et droits sexuels?
Alors pour de plus amples informations.

image
logo santé magazine - capture
logo santé magazine - capture

11/06/2018 - Un article toujours d'actualité, écrit par Daisy Le Corre pour santé magazine qui a interviewé www.masexualite.ch.

image
Soutenez l'UNICEF
Soutenez l'UNICEF
image

Retrouver le plaisir après l'accouchement

capture d'écran, santé magazine
capture d'écran, santé magazine

26/11/2017 – Toujours d'actualité, ces conseils pour retrouver le chemin du plaisir post-partum, parus sur Santé Magazine, dont voici un extrait. Vous y trouverez de nombreux autres articles sérieux sur la sexualité et la vie intime des couples, notamment sous la plume de Daisy Le Corre, qui nous interviewe régulièrement en tant que "sexperts".

(Lire la suite)

image

Suivez-nous aussi sur:

L'interview d'Ellen Weigand par Radio People

Collaborons!

Des commentaires? Des questions? Des suggestions? Une envie de collaboration ou de devenir partenaire de ce site? Alors n'hésitez pas à nous .

image
Soutenez la Ligue pulmonaire
Soutenez la Ligue pulmonaire

COPYRIGHT

Tous les textes du présent site sont soumis au droit d'auteur.