Le site de votre santé sexuelle et de vos droits sexuels

Masexualite.ch - des informations sérieuses

L'ignorance peut aussi être une cause de troubles sexuels masculins ou féminins
L'ignorance peut aussi être une cause de troubles sexuels masculins ou féminins
Le mur des vagins - pour montrer la multiplicité de la vulve © Jamie McCarteny
Le mur des vagins - pour montrer la multiplicité de la vulve © Jamie McCarteny
Bien connaître son corps et l'accepter, essentiel pour une vie intime épanouie © DR
Bien connaître son corps et l'accepter, essentiel pour une vie intime épanouie © DR

Vous ne trouverez ici ni conseils, ni "trucs" pour de meilleures "performances sexuelles", ni de sujets scabreux ou d'allusions moqueuses, ni de mots irrespectueux ou vulgaires, mais des informations et actualités sérieuses en matière de santé sexuelle et reproductive et de droits sexuels.A propos

image

La vidéo du mois

Coming Out à l'adolescence - témoignages

11/10/2020 – L'association française CONTACT – Dialogue entre les parents, les lesbiennes, gays, bi et trans, leurs familles et ami-e-s – présente des vidéos réalisées en Occitanie ouest et Pyrénées rassemblant des témoignages de personnes lesbiennes, gays, bis et trans, et de leurs parents, familles et ami-e-s.

video

O’Contact présente «À l’adolescence»

A partir de ces témoignages, plusieurs thématiques sont développées : "à l'adolescence", "vers le coming out", "face à l'homophobie". Lire la suite

Un lieu d'accueil pour les femmes victimes de violences ouvert dans le Chablais valaisan

Publié le 22 Septembre 2020
image

Les femmes victimes de violence et leurs enfants vivant dans le Chablais ont enfin aussi un refuge gratuit pour échapper à leur agresseur et bénéficier des conseils adéquats. Infos et conseils pratiques.

Lire la suite

L'anonymat des femmes cherchant refuge dans ce nouveau lieu d'accueil y est assuré et elles recevront conseils et informations de la part des professionnels du réseau valaisan, comme l'indique la radio locale Rhône FM.

Le refuge sera en phase test jusqu'à la fin 2021, avant de, espérons-le, être pérennisé. Le lieu précis où il se situe reste bien sûr confidentiel aussi, afin d'assurer la sécurité des femmes qui viennent y chercher de l'aide.

Cadre légal
Ce projet s’inscrit dans le cadre de la Loi cantonale valaisanne sur les violences domestiques. Celle-ci prévoit, à l'art. 15, que les services de l’Etat « veillent à ce que l’offre disponible en matière de structures d’accueil d’urgence et d’accompagnement des victimes et de leurs enfants réponde aux besoins ».

La Convention d’Istanbul, entrée en vigueur en Suisse le 1er avril 2018, va dans ce sens également.

En 2019, les trois structures d'accueil existantes en Valais ont hébergé 81 personnes, dont 47 adultes et 34 enfants, pour un total de 923 nuitées d’adultes et 903 nuitées d’enfants.

Pour des raisons de confidentialité, aucune précision ne peut être donnée sur la localisation des différents foyers.

Comment réagir en cas de violence domestique
Voici comment réagir et trouver de l'aide en cas de violence domestique – des conseils issus de la Plateforme cantonale valaisanne Egalité, Famille, Violence:

  • Appelez la police (tél. 117). En cas de violence, de menace ou de harcèlement, la police peut prononcer à l’égard de l’auteur-e de violence une expulsion immédiate du domicile. La police vous renseignera également sur les démarches à entreprendre.
  • Contactez un centre LAVI (VS, VD). Il vous conseillera et vous guidera dans vos démarches.
  • Quittez le domicile. Vous avez en tout temps le droit de quitter le domicile conjugal avec vos enfants.
  • Demandez des mesures civiles. Vous pouvez en demander à un-e juge qu’il/elle prenne des mesures, par exemple en interdisant à votre partenaire d’approcher certains lieux et de prendre contact avec vous.
  • Faites constater vos blessures par un-e médecin. Cela vous permettra de conserver une preuve que vous pourrez utiliser ultérieurement dans vos démarches.
  • Un autre site utile: violencequefaire.ch

Source: Rhône FM, 3 septembre 2020

EW, www.masexualite.ch


Le sexe à distance a fait plus d'adeptes encore depuis le début de la pandémie

Publié le 24 Août 2020
video

Les livecams ont changé les habitudes en matière de marchandisation du sexe et de sexe à distance, avec une consommation qui va croissant. "Rien qu’en Suisse, les occurrences du terme «camgirl» tapées dans Google ont doublé à trois reprises entre le 29 mars et le 9 mai."

Lire la suite

C'est l'un des constats d'une étude socio-économique menée à l'Université de Neuchâtel. Qui note aussi que les "séquences pornographiques diffusées en direct sur la toile mettent en scène entre 300'000 et 500'000 personnes – des femmes dans la grande majorité – pour une clientèle largement masculine d’au moins 500 millions d’adeptes. "

L'étude est réalisée dans le cadre d'une thèse de doctorat en économie territoriale actuellement menée à l’Université de Neuchâtel par Salomé Donzallaz de l’Institut de sociologie de l’Université de Neuchâtel et membre du Groupe de recherche en économie territoriale (GRET) et Olivier Crevoisier, professeur d’économie territoriale et directeur du Groupe de recherche en économie territoriale (GRET) de l’Institut de sociologie de l’Université de Neuchâtel.

Effets de la numérisation sur la sexualité et sa marchandisation

Comme on peut lire dans l'introduction du Working Paper* sur leur étude qui vient d'être publié:

"La numérisation touche des aspects de plus en plus nombreux et intimes de la vie quotidienne. Elle s’accompagne souvent d’une individualisation et d’une marchandisation des activités. La sexualité est un champ privilégié pour cerner ces changements car, depuis le Minitel, elle a toujours représenté une part importante des activités en ligne, et paradoxalement, elle est l’activité de contact physique par excellence."

"Dans le champ des activités sexuelles marchandes (ASM), on observe de profondes modifications liées à la numérisation", relèvent les auteurs. Et cela "tant du point de vue de l’organisation générale des différentes industries en concurrence, que des pratiques des clients/consommateurs. "

L'enquête examine notamment "l’innovation que constitue le livecam, une activité qui a connu un développement très important depuis 2014." Et, "Dans une perspective territoriale, cet article cherche à comprendre comment et pourquoi s’opère cette substitution, en lien avec la numérisation de ces activités. "

EW, www.masexualite.ch


Québec: la procureure en Beauce encourage à dénoncer les agressions sexuelles

Publié le 17 Juillet 2020

Selon une statistique canadienne, seuls 5% des victimes d'agressions sexuelles dénoncent ces actes criminels. Entre autres, parce qu'elles ne font pas confiance au système judiciaire, craignent de ne pas être crues ou n'ont pas envie de revivre leur agression en devant la relater en détail pendant un procès criminel.

Lire la suite

Dénoncer une agression #sexuelle n'est vraiment pas facile pour les victimes: au Québec, "des victimes disent dénoncer sur les réseaux sociaux plutôt qu'à la police pour plusieurs raisons. Entre autres, elles ne font pas confiance au système judiciaire, craignent de ne pas être crues ou n'ont pas envie de revivre leur agression en devant la relater en détail pendant un procès criminel", rapporte le site Droit-inc.com.

Selon une estimation de Statistique Canada, seuls 5% des victimes portent ainsi plainte.

Dans cet article, Audrey Roy Cloutier, procureure de la Couronne en Beauce, explique comment les victimes sont entourées et accompagnées lorsqu'elles portent plainte. Elle souhaite "que les victimes soient au courant de tout ce qui est déployé pour elles", pour les encourager à faire la démarche si importante.

Ligne téléphonique confidentielle pour les victimes
Et elle rappelle qu'une ligne téléphonique confidentielle est à disposition des victimes qui hésitent ou qui ne savent pas quoi faire en cas d'agression sexuelle. Avant de s'adresser à la police, elles peuvent ainsi y demander toutes sortes d'information et se faire expliquer le processus judiciaire. Au besoin, elles seront dirigées vers des services d'aide.

  • La ligne 1 877 547-DPCP (3727) est ouverte du lu au ve, de 8:30h à 12 h et de 13 h à 16:30 h.

EW (Source: Droit-INC, 16.07.2020)


Etre sexologue, une mode dangereuse parfois. photo pixabay
Etre sexologue, une mode dangereuse parfois. photo pixabay

BILLET D'HUMEUR – N'est pas spécialiste en sexualité ni sexologue qui le prétend

16/07/2020 – Parler de sexualité ou enseigner dans ce domaine est aujourd'hui devenu une mode, une vague sur laquelle surfent bon nombre d'opportunistes, se nommant eux-mêmes des professionnel-le-s spécialistes, "sexologues", "sexologues cliniciens", créant des "centres de..." , voire des "centres suisses..." ou "instituts de recherche..." et autres "centres de formation spécialisés en..." (des termes non protégés, et que n'importe qui peut donc utiliser sur son enseigne, son site internet, ses pages sur les réseaux sociaux, etc.), donnant conférences, cours professionnels, ateliers et autres séminaires, ainsi que des consultations individuelles et de couple.
Lire la suite


LU POUR VOUS

Les joies d'en bas - un livre indispensable!

Les deux auteures du best-seller "Les joies d'en bas", Nina Dølvik Brochmann et Ellen Støkken Dahl, rectifient bon nombre de croyances et mythes autour de la santé sexuelle et l'anatomie féminines, expliquant ce qu'est vraiment l'hymen, de façon claire et non sans humour, mais toujours en donnant des informations sérieuses du point de vue médical et scientifique.

(Source: YouTube)

Couverture "Les joies d'en bas", Actes Sud
Couverture "Les joies d'en bas", Actes Sud

PUBLICITES

Le cadeau idéal pour tous, à tout âge

Notre duopack dédicacé – pour une vie intime épanouie tout au long de la vie

Couverture "Ma sexualité (femme)
Couverture "Ma sexualité (femme)
Couverture "Ma sexualité (homme)
Couverture "Ma sexualité (homme)

Votre publicité ici?

Dès 10 fr./semaine


Pour vos travaux rédactionnels et votre communication professionnelle - www.multi-comm.ch

www.multi-comm, Agence de presse, traduction et communication multimédia
www.multi-comm, Agence de presse, traduction et communication multimédia

Nos prestations:

  • Rédaction, journalisme, journalisme numérique, reportages
  • Gestion de projets rédactionnels
  • Relecture, rewriting
  • Conseil en création - créations sites web
  • Conseil en communication - communiqués de presse, etc.
  • Remplacements rédactionnels - édition
  • Traductions D - F
  • Content and community management
  • Mise à jour de sites internet
  • Création - rédaction de pages / contenus Wikipedia
  • Contrôle de traductions D - F, E - F
  • Rédaction en langage inclusif et épicène

Les règles de protection contre le coronavirus en Suisse
Les règles de protection contre le coronavirus en Suisse

Le COVID-19 ne se transmet pas par rapports sexuels, mais...

Publié le 15 Juin 2020
image

... avoir des relations intimes avec une personne contaminée par le coronavirus constitue un risque, sachant qu'il se transmet à travers les gouttelettes respiratoires expulsées par le nez ou par la bouche lors de toux ou éternuement. Evitez donc les relations sexuelles avec un-e- partenaire inconnu-e.

Lire la suite

Le virus présent dans les sécrétions respiratoires peut donc se transmettre par des baisers (de bouche à bouche, ou sur la peau) donnés "par" ou "à" un·e partenaire infecté·e ou par des caresses manuelles. Même les simples gestes de tendresse doivent donc être réfléchis – des réflexes certes pas simples à acquérir.

Entre peurs et bon sens

Parmi les nombreuses questions du public sur les risque de transmission du COVID-19, celle sur le risque de contamination lors de relations sexuelles est moins mise en évidence, et plus rare. Peut-être parce qu'elle participe du simple bon sens.

Mais lorsqu'un certain nombre de personnes dans la population cède à la peur, voire à la panique, il est bon de rappeler même les évidences: étant donné que le virus se transmet par les gouttelettes respiratoires expulsées par le nez ou par la bouche, embrasser ou être embrassé sur la bouche par une personne porteuse du virus constitue un fort risque d'infection, tout comme l'échange de caresses, les mains étant un autre vecteur de transmission. Et cela peut arriver aussi lors de rapports sexuels, lorsque les baisers ou caresses sont prodigués sur la peau – car la personne ainsi embrassée ou caressée risque de toucher la zone de son corps à cet endroit et de mettre la main à la bouche – l'un des gestes fréquemment responsables de la transmission du coronavirus. Quant aux relations sexuelles occasionnelles, avec des partenaires inconnu-e-s, il est fortement recommandé de les éviter en ces temps de pandémie.

Pas une infection sexuellement transmissible

Cela dit, le COVID-19 n'est pas une infection sexuellement transmissible (IST). Celles-ci se transmettent en effet principalement lors de relations sexuelles sans préservatif, notamment: lors de pénétrations vaginale et anale, de fellations, de caresses ou masturbation sexe contre sexe, ou de caresses buccogénitales (cunnilingus) ou bucco-anales. Le simple contact entre muqueuses génitales et/ou buccales peut également transmettre une IST. Une autre voie de contamination étant la transfusion sanguine.

N'oublions pas de nous protéger contre les IST

Malgré les connaissances approfondies de ces maladies et les messages et mesures de prévention, chaque jour, plus d’un million de personnes contractent une infection sexuellement transmissible (IST). On est loin des statistiques du COVID-19, même si elles vont en croissant.

A ce jour, une trentaine de virus, parasites ou bactéries sexuellement transmissibles sont connus, et huit de ces agents pathogènes sont les responsables principaux d'IST.

Quatre d'entre elles peuvent être guéries:
- la chlamydiose,
- la trichomonase,
- la gonorrhée,
- la syphilis.

Quatre autres constituent des infections incurables:

- l'hépatite B,

- l'herpès (HSV),

- le VIH (sida),

- le papillomavirus humain (HPV).}

Conséquences graves sur la santé

Comme le rappelle l'organisation mondiale de la santé (OMS), les infections sexuellement transmissibles peuvent avoir de graves conséquences à plusieurs niveaux et touchent un grand nombre de personnes, avec de nombreuses nouvelles infections.

Voici quelques statistiques données par l'OMS, bon à rappeler:

"• On estime que, chaque année, 357 millions de personnes contractent l’une des quatre IST suivantes : chlamydiose, gonorrhée, syphilis ou trichomonase.
• Plus de 500 millions de personnes sont atteintes du virus responsable de l’herpès génital (HSV2).
• Plus de 290 millions de femmes souffrent d’une infection à papillomavirus humain (VPH).
• Dans la majorité des cas, les infections sexuellement transmissibles sont asymptomatiques ou s’accompagnent de symptômes bénins qui ne sont pas reconnus comme ceux d’une IST.
• Les infections comme l’herpès génital (HSV de type 2) et la syphilis augmentent le risque de contracter le VIH.
• Plus de 900 000 femmes enceintes ont été infectées par la syphilis en 2012 ce qui a provoqué des complications dans 350 000 cas pouvant aller jusqu’à des mortnaissances.
• Dans certains cas, les IST peuvent avoir de graves conséquences sur la santé reproductive allant au-delà des conséquences immédiates, telles que la stérilité, ou la transmission des infections de la mère à l’enfant."

De terribles chiffres, sachant que dans la plupart des cas on peut éviter ces contaminations, en ayant des rapports sexuels protégés avec des partenaires dont on ignore l'état de santé, en étant vacciné contre les deux infections non curables pour lesquelles on dispose de vaccins: l’hépatite B (incurable) et l’infection à VPH.

Comme le rappelle l'OMS, "le vaccin contre l’hépatite B figure dans les programmes de vaccination du nourrisson de 93% des pays. Il a déjà permis d’éviter quelque 1,3 million de décès imputables à une maladie chronique du foie ou au cancer."

Manque de moyens pour l'éducation sexuelle et la prévention des IST, tabous, manque d'informations, dépistage lacunaire, vaccinations insuffisantes, ignorance de l'état de santé du partenaire - à qui on n'ose pas demander s'il est porteur d'une IST - sont quelques unes des raisons de cet état de fait.

Pour en savoir plus, consultez le site de l'OMS consacré aux infections sexuellement transmissibles, et renseignez-vous auprès de votre médecin traitant et/ou – pour les jeunes filles et femmes – de votre gynécologue.

Ellen Weigand
Sources: site de l'OFSP, site de l'OMS.

Sur le même sujet, lisez également l'article "L'amour aux temps du Covid-19" sur Slate.fr

image

Chacun doit pouvoir choisir sa contraception

video

SANTÉ SEXUELLE SUISSE a rendu rend public le rapport du projet et lancé un spot vidéo à l'occasion de la Journée mondiale de la contraception du 26 septembre. SSCH appelle les politiques à agir : tout le monde, y compris les personnes avec peu de moyens, devrait pouvoir décider librement de sa contraception.
Source: YouTube SSCH, 22.09.2020
Communiqué de presse de SSCH


Le site du mois

InterAction – l'association suisse pour les intersexes

Homepage InterActif.ch - capture d'écran
Homepage InterActif.ch - capture d'écran

07/10/2020 – Créée le 26 octobre 2017, InterAction est une association suisse ouverte "à tout le monde (intersexe, en questionnement, parent-e-s, ami-e-s, allié-e-s)."

AVERTISSEMENT

Les informations médicales figurant sur ce site ont pour objectif d'informer et ne remplacent pas la relation entre un·e patient·e et sa/son médecin.
En cas de problème ou trouble sexuel persistant, ou d'un autre problème de santé, veuillez consulter un·e médecin!


Toutes les informations figurant sur ce site sont rédigées par Ellen Weigand.

Pour l'heure, il s'agit d'une activité bénévole, ce qui ne permet pas de toujours suivre l'actualité de près.

Nous organisons vos conférences et formations en Suisse

Vous êtes un professionnel de la santé sexuelle et de la sexualité et souhaitez intervenir en Suisse romande?

Nous organisons vos évènements pour vous.

Contact et informations

image
video

Ma sexualité - des livres toujours d'actualité

Couverture "Ma sexualité (femme)
Couverture "Ma sexualité (femme)
Couverture "Ma sexualité (homme)
Couverture "Ma sexualité (homme)
image

Les troubles sexuels féminins et masculins

Suivez-nous aussi sur:

MA SEXUALITE SOUTIENT

Love Live

LOVELIFE
LOVELIFE

«D'abord oui, ensuite oh ouiii»

Si vous souhaitez aussi signer la pétition d'Amnesty International Suisse
"Pas de rapport sexuel sans consentement mutuel" et participer à la lutte contre les violences sexuelles, cliquez sur l'image.

image
Soutenez l'UNICEF
Soutenez l'UNICEF
image

Collaborons!

Des commentaires? Des questions? Des suggestions? Une envie de collaboration ou de devenir partenaire de ce site? Alors n'hésitez pas à nous .

image
Soutenez la Ligue pulmonaire
Soutenez la Ligue pulmonaire
WebForge